Premières impressions de Cayenne

Publié le par aldric

Après avoir déposé mes affaires, je décide d'aller faire un tour dans les alentours de l'hôtel, en commençant par la célèbre Place des Palmistes, qui est à deux pas. Malheureusement, nous sommes le 15 août, et en pleine après-midi en plus : or, j'ai appris depuis que les dimanches et jours fériés, Cayenne est une véritable ville morte... J'ai pu en faire l'inquiétante expérience. Sur ma route, je n'ai croisé que des fumeurs de crack, des sortes de morts-vivants qui déambulent dans les rues en faisant un pas toutes les cinq secondes, ou qui sont étalés au milieu de la Place des Palmistes. Ils me regardent d'un drôle d'air, sûrement surpris de me voir débarquer dans leur trip. Certains essaient de venir me voir pour me demander de l'argent, un briquet, ou une cigarette. Je sympathise avec un original du coin, la première personne que j'ai rencontrée à Cayenne, et à m'avoir souhaité la bienvenue : "Je m'appelle Guy, j'habite sous les cartons, là, à côté". Un type très sympa, de père italien et de mère guadeloupéenne, ancien fumeur de crack, qui porte le poids d'une vie de souffrance sur son visage, et qui en échange d'une cigarette ou d'une courte conversation a toujours un conseil à me donner, sur les endroits et les pièges à éviter ou autres... C'est un peu "Guy-les-bons-tuyaux". Endormie, la ville ne se réveillera plus. J'écourte ma visite et me réfugie dans un cyber-café (au Bar des Palmistes, très cher, à éviter) pour donner de mes nouvelles. Ensuite, je galère pour trouver un endroit ouvert où manger le soir. Je trouve un chinois à côté de l'hôtel et commande un poulet au curry. Les morceaux ne ressemblent en rien à du poulet, et je n'ai jamais mangé de la viande aussi dure ! Je ne sais pas vraiment ce que j'ai mangé, je laisse votre imagination faire le reste ! Voilà une deuxième adresse à éviter. Je rentre à l'hôtel faire un peu de guitare, un peu déçu de cette journée...

Publié dans mangrove

Commenter cet article