De Cayenne à Saint-Laurent-du-Maroni

Publié le par aldric

Pendant la Toussaint, j'ai décidé de rendre visite à Maxime à Saint-Laurent-du-Maroni, la "capitale de l'Ouest guyanais". Pas de chemin de fer, pas d'autocar, il reste la solution du taksiko, véhicule collectif qui peut varier du minibus à la berline et qui ne part que quand il est plein. J'ai de la chance, un de mes voisins gère une des lignes reliant Cayenne à Saint-Laurent. Seul problème, il part tous les jours de Cayenne à 3h00 du matin ! Qu'à cela ne tienne, me voilà parti au beau milieu de la nuit au point de rendez-vous. Je n'avais jamais fait l'expérience de mon quartier en pleine nuit, et c'est quelque chose : un concert de batraciens couvre le reggae de mon lecteur mp3. Le taksiko arrive, prend quelques passagers noctambules dans plusieurs quartiers de Cayenne, et nous voilà partis sur la RN1 ! Un voyage sans encombre, où je regretterai seulement de ne pas pouvoir davantage apprécier le paysage.

 Le soleil finit par se lever et nous arrivons bientôt à Saint-Laurent vers 6h00. Dès l'arrivée, le taksiko est littéralement assailli par une dizaine de piroguiers surinamais qui sont prêts à tout pour qu'on monte dans leur pirogue pour rejoindre l'autre rive du Maroni et le village d'Albina, au Suriname. Il faut leur expliquer que je reste à Saint-Laurent car ils sont prêts à prendre mon sac pour l'embarquement ! Je rejoins Maxime qui habite tout près. Je le sors du lit à 6h15, mais les profs d'EPS, c'est bien connu, s'en remettent vite ! Déception : mon appareil photo à 30 EUR m'a lâché pendant le voyage, impossible d'en tirer quelque chose. C'est pourquoi il n'y aura pas d'image de Saint-Laurent ni du Suriname pour cette fois.

On a décidé de passer la journée à Awala-Yalimapo, un village amérindien sur le littoral, connu pour ses interminables plages de sable fin et ses tortues... On traverse le village de Mana, où on dirait qu'il fait bon vivre en ce samedi sans nuage... Sur la route, on croise d'innombrables auto-stoppeurs, c'est à croire que la plupart des habitants de cette région isolée ne peuvent que compter là-dessus pour leurs déplacements.

Je reviendrai à Saint-Laurent avec un nouvel appareil ; comme je ne peux pas vous laisser sans images je poste cette vidéo humoristique faite par un américain qui n'a jamais mis le pied en Guyane. Aucune image n'a été prise en Guyane malgré le titre, French Guiana. Pour public averti et anglophone, je précise...

"Thank you French Guiana, you made my dreams come true !!!"

Publié dans mangrove

Commenter cet article